© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round

Journée de l'Europe au collège Jean Moulin

09/05/2018

Ce matin, à l'invitation du principal du collège Jean Moulin de Chevilly-Larue, j'ai participé à la cérémonie pour la journée européenne.

 

J'ai pu rappeler aux élèves de 6è et 5è les grandes réussites de l'Europe, et notamment que depuis plus de 70 ans, il n'y a plus de guerre sur un territoire qui l'a pourtant connue de manière quasiment ininterrompue pendant des millénaires. L'Europe n'est pas forcément parfaite mais les défauts de la technostructure ne doivent pas faire oublier l'idéal européen. 

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Aujourd’hui, j’ai la tâche de vous parler d’Europe mais avant cela, je voudrais vous rappeler à quel point vous êtes une génération qui vit le rêve porté depuis des siècles, celui de la paix.

 

Vous êtes, nous sommes, la première génération dont les parents, voire même les grands-parents n’ont pas connu la guerre en Europe.

 

La guerre, pour nous, c’est quelque chose de difficilement perceptible. On en entend parler. On croise parfois des anciens combattants, comme hier pour la cérémonie commémorative du 8 mai. Et pourtant, on a du mal à imaginer.

 

Pour cela, j’ai fait un petit calcul un peu macabre mais très parlant : si tous les morts de la 1ère et de la 2nde guerre mondiale défilaient sur les Champs-Élysées comme cela se passe tous les ans le 14 juillet, il leur faudrait un an et neuf mois.

 

Alors oui, nous sommes une génération chanceuse. Mais cette chance, nous la devons à une idée, celle de l’Europe et à une nouvelle vision de celle-ci après 1945.Croyez l’historien que je suis, l’histoire de l’Europe n’est qu’une succession de conflits. Des romains, à Napoléon, de la guerre de cent ans, à Louis XIV voire même à Hitler, l’idée de regrouper les pays européens a existé mais cela devait se faire par le prix de milliers d’hommes.

 

Et après les horreurs de la 2nde guerre mondiale, l’idée est alors venue de changer de méthode. Plutôt que de se combattre, les uns les autres, et si on travaillait ensemble. Notamment, deux français, Robert Schuman et Jean Monnet, ont voulu défendre cette idée qu’ensemble nous étions plus forts que séparément. Vous imaginez bien qu’après des décennies de guerres et des millions de victimes, l’idée d’un rapprochement politique de la France et de l’Allemagne n’était pas la chose la plus simple.

 

On a donc commencé par l’économie avec la Communauté européenne du charbon et de l'acier qui regroupait la France, la République Fédérale Allemande, la Belgique, les Pays Bas, le Luxembourg et l’Italie. Et ce fut le commencement, bientôt le traité de Rome qui créé la Communauté Economique Européenne qui deviendra l’Union Européenne. Le petit groupe de six s’agrandit, passant à 9, à 10, à 12, à 15, à 25, à 27, à 28.

 

Et cette nouvelle Europe a permis de peser dans le monde. Aujourd’hui, il y a 7,6 milliards d’habitants. La France compte 67 millions de Français mais 511 millions d’européens. Ce qui fait de l’Europe la troisième puissance démographique au monde derrière la Chine et l’Inde mais devant les États-Unis. C’est tout l’intérêt de travailler ensemble.

 

Cette puissance démographique est aussi une puissance économique renforcée par l’arrivée de l’Euro qui nous permet de pouvoir contrebalancer la toute puissance du dollar américain.

 

L’Europe, c’est aussi la création de l’espace Schengen qui permet à n’importe quel Français de partir découvrir d’autres cultures européennes. Il n’est pas plus compliqué aujourd’hui d’aller en vacances ou d’aller vivre à Berlin ou Madrid qu’à Montpellier ou à Strasbourg.

 

L’Europe, c’est aussi la réussite du programme Erasmus où des millions de jeunes européens ont pu partir découvrir pendant leur scolarité des pays étrangers, des cultures, des langues, des personnes. Et je ne vous parle pas du nombre de couples intra-européens qui se sont construits grâce à ce dispositif…

 

Alors il ne faut pas pour autant se mentir. Il est vrai que l’Europe a des défauts. On parle de la qualité des bananes sur laquelle le parlement européen légifère quand ce n’est pas sur la courbure des concombres. On ne comprend pas très bien qui décide de quoi en Europe et surtout on n’a jamais aucune publicité sur ce que l’Europe fait concrètement pour nous. J’en profite d’ailleurs pour remercier le principal ainsi que les élus de Chevilly Larue qui permettent de parler aujourd’hui d’Europe.

 

Maintenant, quand on met dans la balance la paix, la libre circulation, la puissance économique, Erasmus et j’en passe bien sûr d’un côté, et de l’autre les petits défauts de l’administration européenne, on se rend vite compte de la chance que nous avons d’avoir l’Europe. Cependant, celle-ci doit encore se construire et se renforcer, et elle ne le pourra pas sans que les nouvelles générations, dont vous êtes, s’en saisissent. Donc maintenant, c’est à vous de jouer.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

POSTS RÉCENTS :

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

PAR TAGS :
Please reload